Le designer Jean Pierre Boissonnet

web

Qui êtes-vous Jean-Pierre Boissonnet ?

Je représente chez les BOISSONNET la quatrième génération de fabricant créateur en bijouterie joaillerie. J’ai eu la chance d’apprendre mon métier à l’école BJO, rue du Louvre à Paris, puis de travailler chez un sous-traitant de la place Vendôme et afin de parfaire ma formation dans les ateliers de mon père avant de m’installer en 1984 à mon compte à Troyes.

Depuis trente ans, mon quotidien est de créer des bijoux sur mesure pour des clients particuliers. Cependant, je vends également mes services à des entreprises de bijouterie joaillerie en France et à l’étranger pour la conception de modèles ou de lignes.

Comment est venu l’idée de créé cette ligne ADADA ?

ADADA est un exercice de création, comme mes lignes Symbole d’Amour, Cocotte, Médiévales et toutes mes autres créations. Au début de chaque nouvelle ligne, c’est une histoire qui germe dans ma tête, faite d’accidents ou de rencontres. Concernant ADADA, c’est le résultat d’une histoire de famille. Mon grand-père était Spahi et fou de jumping. Mon père avait déjà créé une collection équestre avec des bracelets, des broches, des bagues, qu’il appelait Longchamp, Auteuil, Chantilly, etc.

C’est ma fille qui a ranimé la flamme lorsqu’elle s’est mise au cheval. Repartant sur ces bases, j’ai réalisé un pendentif, puis un bracelet où j’ai associé le cuir à l’argent de façon à ce que les cavaliers transportent à travers les bijoux les matières de leur passion. Comme vous le savez, ceux qui s’en habillent sont les meilleurs ambassadeurs. Aussi dans le centre équestre où ma fille monte plusieurs personnes en ont voulu. Une nouvelle ligne était née.

J’aime donner un nom et créer une histoire autour de mes créations. En ce qui concerne le nom d’ADADA, ma fille Alice, comme beaucoup d’enfants, aimait sauter sur mes genoux avec la fameuse chanson : « ADADA sur mon bidet… » Avec toutes les déclinaisons, au pas, au trot, au galop, et tous les éclats de rire qui accompagnent ce jeu.

Quels sont les objectifs de la marque ?

Le premier est de continuer à se faire plaisir en créant toujours pour sublimer et donner envie de partager. Ensuite, nous avons une base de bijoux et d’accessoires dans la collection qu’il faut faire découvrir et fructifier afin de nous encourager au développement.

Comme j’aime le dire : « Mes plus belles créations sont dans l’avenir de mon esprit ! » Même si nous ne sommes visibles que sur Internet, nous aimerions tisser un réseau de distribution de qualité. Ensuite, nous aimerions qu’ADADA se développe à l’international. Mais chaque chose en son temps. Avant de galoper dans les grands espaces  « Il faut ménager sa monture pour aller loin ! »